La Généalogie, science auxiliaire de l’Histoire ?

Des usages de la généalogie au XXIe siècle

Manifestation reportée en 2022

Horaires : 20h-22h

Lieu : Université Catholique de l’Ouest – Laval, 25 rue du Mans, 53000, Laval

Institutions organisatrices : Université Catholique de l’Ouest- Laval (53)

Intervenants : Christian Settipani (histoire et généalogie) ; David Audibert (généalogie successorale) ; Murièle Ochoa-Gadaut (généalogie et génétique) ; Marine Leclercq-Bernard (généalogie et médecine) ; Marie-Hélène Leray (généalogie familiale et internationale).

Grand public

Nous proposerons une table ronde sur le thème du rapport entre histoire et généalogie, mais également sur les nouveaux usages de cette science à part entière. Table ronde qui rassemblera des professionnels qui usent de la généalogie dans leur quotidien. En terme de déroulement, l’organisateur, Chargé de cours en Histoire Médiévale et en Généalogie, fera circuler la parole sur des thématiques comme le rapport aux études historiques, à la recherche ou encore les attentes profondes des clients.

On considère que la généalogie est née il y a plus de 5000 ans lorsque les membres de la tribu mésopotamienne des Safaïtes décident de graver les noms de membres de leur famille dans la pierre. Discipline ancienne, la généalogie fut avant tout utilisée à des fins religieuses et politiques entre les époques antique et médiévale. La généalogie est alors encore très littéraire et les représentations graphiques sont exceptionnelles. Avec l’époque moderne et les enquêtes de noblesse, la généalogie acquière un nouveau statut avec sa professionnalisation (Ex. de généalogiste du roi : la famille d’Hozier). La Révolution vient mettre un coup d’arrêt à cette activité et un nouveau tournant se relève au XIXe siècle : la généalogie devient une science. Elle se formalise et se définit comme tel. L’arbre généalogique que nous connaissons aujourd’hui prend forme, la généalogie est dorénavant utilisée en médecine (Ex. : étude du glaucome) ou dans le domaine du droit. De nouveaux métiers apparaissent comme celui de généalogiste successoral. Au XXe siècle, de grandes études de démographie historique ou d’histoire sociale (Ex.: les travaux d’Etienne Gautier ou ceux de Jacques Dupâquier) font alors appel à la généalogie. Mais, il faudra attendre les années 1970 pour voir une véritable démocratisation de cette discipline. La généalogie devient alors une passion française et de nombreux particuliers s’intéressent alors à leurs ancêtres. Les années 2000 forment un dernier tournant dans l’évolution de cette science qui se mute en une généalogie 3.0. En effet, on assiste à la mise en place de plateformes collaboratives (Ex. : Geneanet, Filae, etc…), ainsi qu’à une multiplication des numérisation et mises en ligne de documents utilisés par les généalogistes. Le choix de réaliser cette table ronde à Laval prend tout son sens quand on sait que les Archives Départementales de la Mayenne furent les premières à l’échelle nationale à réaliser ce type de procédure. En somme, le but ultime est de mettre en avant le fait que les études et la méthode historiques sont indispensables aux généalogistes quel que soit leur domaine d’activité.

Lieux et types de manifestation